Le Blog - American Supply Paris
American Supply creates the materials luxury businesses need to unleash their creativity, and inspire love for their brand. We work passionately alongside our clients to conceive and create store windows and merchandising solutions that embody their identity.
American Supply,creation,materials,luxury,creativity,brand,store windows,merchandising,identity,brand DNA,Textiles,Coating,Films,Plastics,fireproof materials,packaging,fashion,design,architecture,accessories,print,pvc,glitter,marketing,visual,innovation,paris
18953
paged,page-template,page-template-blog-large-image,page-template-blog-large-image-php,page,page-id-18953,page-child,parent-pageid-1815,paged-10,page-paged-10,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-1.7,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

L'heure du temps dans le Figaro Madame

Les décors réalisés à partir des matières American Supply nous plongent dans l’heure du temps d’une magnifique série photo de haute horlogerie du Figaro Madame, parue le 17/01/2015 orchestrée par Sophie Vigié, mise en scène par Mathilde Nivet et capturée par Valéry Assénat.
Une immersion dans un univers aquatique et végétal où des matériaux étonnants réussissent à créer un environnement onirique, aussi enchanteur que chatoyant.

Des gommettes à l’âge adulte

C’est rare, mais pour sa collection de fin d’année 2014, American Supply a pris sous son aile une étudiante. La talentueuse Géraldine Delle-Vedove, a développé une collection Homme, autour de l’écolier. Le rendu est plein de fraicheur. Un parfait mélange de rigueur et folie, d’adulte et de gommettes, de sobriété et de couleurs fluo, bref, à suivre !

Nous l’avions interviewé, pour la sortie du WAD de l’automne, ou une double page lui était consacrée.

Explique-nous en quelques mots ton projet.
Que voulais-tu dire à travers cette collection ?

Pour ma première collection, j’ai décidé de m’attaquer au vestiaire masculin. Ce choix s’est fait naturellement, car en faisant de l’Homme je me sens plus libre de créer, me projetant moins que dans un vestiaire féminin.

Au tout début, je suis allée chercher mes influences chez les écoliers qui pour moi s’insèrent dans une période de la vie riche en créativité et sans retenue. 
Je déclinais les shorts, et comme Doisneau je ne travaillais qu’en noir et blanc, je m’inspirais de tous les codes de l’enfance. 
Je m’essayais au gribouillage, à l’écriture automatique et m’inspirais des sculptures de Bernar Venet qui justement essaye dans son travail de figer ce trait si spontané.

Je jouais avec les formes géométriques, souvent utilisées pour l’apprentissage, m’inspirant des compositions d’Amalia Pica.

Et puis petit à petit, il y a eu le passage à la couleur, à la modernité, à l’âge adulte. Grâce à mon partenariat avec American Supply, j’ai pu intégrer des matières de plus en plus originales. J’ai travaillé sur les rencontres de matériaux, sur leurs différents traitements.

Les vêtements se sont alors rallongés, l’allure se voulait plus sobre et réfléchie.
J’ai travaillé mes silhouettes dans un ensemble.
Sous l’influence de l’architecture de Daniel Libeskind et des peintures de Piet Mondrian, j’ai repensé mon graphisme et la place de la couleur dans mes vêtements.

Quelle est la suite de ton défilé ? Que fais-tu en ce moment ?

Je poursuis désormais mon année de stages. 
En juillet, je suis partie un mois à Milan, pour travailler au sein d’un bureau de tendance (A+A design). 
Actuellement, je suis en Mayenne, pour découvrir l’univers de la maille dans une entreprise (Maille Création) spécialisée dans le tricotage et la confection d’articles à maille pour le prêt-à-porter haut gamme et luxe.
J’hésite aussi à poursuivre mes études. Je prospecte donc les écoles à l’étranger à la recherche d’une formation complémentaire à mon cursus en design de mode (design textile / communication visuelle/ marketing de mode).
En ce qui concerne les retombées du défilé, j’ai eu la chance d’être publiée dans le GQ South Africa (version web/ shooting), ainsi que dans le WAD (version papier / article sur la collection et photo).

Et ensuite, que souhaites-tu faire ?

Pour la suite, je m’imagine à Londres ou à Berlin. Partir à l’étranger me stimule. 
J’ai envie de travailler en équipe, après cette année de création en solitaire, et réunir différents secteurs de la création dans un même projet.

 

Photographe : Chris Roman
Styliste : Géraldine Delle-vedove
Conseillère Artistique : Julie Delle Vedove
Make-up Artist : Yann Rebelo Muah
Coiffure : Kévin Auger
Models : Tom Delle-vedove // Alexander Morel //Aldiouma Fofana // Antoine Musy // Matthieu Duchemin

Geraldine_WAD

Premiers flocons de l'année

Chez Jacadi, l’hiver sera vigoureux si l’on en croit la tempête de neige annoncée dans ses vitrines d’octobre, où se côtoyaient déjà des flocons de neige découpés en Glitter Snow et un fond de montagne.

Photos: ©Michel Azous

Trapèze Bag

Plein feu sur le Trapèze Bag de Paule Ka qui, en octobre, se décline dans des « boîtes » de korian rétro-éclairées.

Photo : ©Michel Azous