Story of the Month
Dans l’atelier d’Anders Dickson

Ce mois-ci, American Supply présente la première d’une série de conversations avec des artistes utilisant nos matériaux. Nous nous sommes rendus à la célèbre résidence d’artistes de la Cité Internationale des Arts, à côté de l’Île Saint-Louis à Paris, pour rencontrer l’artiste américain Anders Dickson dans son studio afin de discuter de sa méthode de travail, de sa prochaine exposition à Amsterdam, et de ce qu’il aime dans les matériaux American Supply !
AS : Pour commencer cette série de conversations avec des artistes et des designers qui utilisent nos matériaux, nous nous sommes dit, commençons par un artiste !

 

AD : *rires* Je ris parce que lorsque je choisis des matériaux dans votre showroom, je choisis beaucoup de matériaux différents, et j’achète beaucoup de choses en petites quantités, alors que j’imagine que les créateurs de mode choisissent une chose et en achètent de grandes quantités ! J’utilise de très petits morceaux de chaque matériau dans les œuvres comme éléments, et le reste constitue mon stock d’atelier.

 

AS : Tu seras surpris d’apprendre que nous travaillons avec beaucoup de brodeurs qui prennent aussi plein de matériaux différents en quantités réduites dont ils utilisent de petits morceaux pour réaliser des pétales de fleurs, ou autres petits détails dans d’exquises broderies. En comparaison, tu utilises bien plus de matière !

 

AD : Je suis toujours impressionné par l’équipe au showroom et par sa capacité à voir et suggérer des choses. Votre showroom est tellement psychédélique et source d’émotions que, si j’y étais tous les jours, je devrais rentrer chez moi le soir et me mettre dans une pièce blanche entièrement vide pour une désintox sensorielle ! 

Ça a été difficile pour moi ces derniers temps parce que je vis dans un studio de la Cité. Je suis ordonné à la maison, le reste se passe dans le studio. Je viens d’une famille d’ingénieurs et de scientifiques, donc ils ont un esprit très structuré. J’ai étudié la philosophie avant les arts, j’ai donc une tendance à tout structurer, mais j’ai aussi un côté psychotique – j’aime naviguer dans la weirdosphère – et ce qui est génial avec l’art, c’est qu’il vous donne les paramètres pour aller loin dans ce paradigme. C’est facile à faire quand le studio est séparé de la maison, lorsque vous rentrez chez vous, vous pouvez réfléchir à ce que vous avez fait, cuisiner, etc. Cette distance est importante pour moi. J’ai eu la Covid à Noël, et j’ai dû m’isoler ici pendant dix jours qui se sont transformés en trois semaines et demie, atteint de vertiges. Mes perceptions étaient perturbées.

 

AS : As-tu pu travailler à l’atelier pendant cette période ?

 

AD : Comme tu peux le voir, une grande partie du travail est assez intense : rien n’a de forme claire, les matériaux sont variés, les couleurs sont vives, etc. J’utilise aussi beaucoup de colle chaude et je ne voulais rien utiliser qui puisse affecter ma respiration. Pendant cette période, j’ai fini par peindre davantage et dessiner. Le travail pendant la Covid a surtout été une phase préparatoire des idées pour l’exposition qui va avoir lieu à Amsterdam. Dans l’atelier, je m’autorise à être désordonné et chaotique, donc je me suis retrouvé assis à mon bureau, dos à mes œuvres !

Œuvres sculpturales incorporant des matériaux American Supply

Photos : Anders Dickson

AS : Les matériaux toujours plus variés avec lesquels tu travailles sont-ils toujours dans tes œuvres sculpturales ou se retrouvent-ils aussi dans tes peintures ?

 

AD : J’ai tendance à les exposer ensemble pour que l’on n’ait pas l’impression de voir toujours la même chose dans la même pièce. Je pense que pour l’exposition à venir, il y aura une plus petite pièce qui sera le royaume de la peinture, et que les sculptures seront ensemble. Je m’intéresse actuellement à la manière d’intégrer le monde graphique, le plan pictural, dans les objets. Ainsi, il n’y aurait pas de coupure nette entre la représentation et les objets physiques.

 

AS : Il y a aussi beaucoup de peinture dans les sculptures…

 

AD : Je pense que l’art sculptural et l’art de l’installation, commencent par des dessins, des aquarelles, des éléments linéaires et des dégradés de couleurs. J’aime recouvrir les matériaux de peinture. J’ai envisagé d’utiliser des socles pour la prochaine exposition, comme je l’ai fait pour l’exposition chez Balice Hertling,  et à présent je suis intrigué à l’idée – en raison de leur échelle – de présenter les sculptures sur différentes vestes et manteaux. De cette façon, elles ne dépendent pas trop des peintures dans l’espace. C’est juste une idée pour le moment…

 

AS : C’est intéressant parce que tu as fabriqué ces objets dans un espace à la fois personnel et professionnel. Donc, ils fusionnent la vie de studio et la vie réelle, surtout si tu leur tournais le dos pendant leur fabrication !

 

AD : *rires* Oui ! Cela m’intrigue ; je vais prendre beaucoup de vestes avec moi dans ma valise et jouer avec elles dans l’espace.

AS : Comment penses-tu que les matériaux avec lesquels tu travailles se manifestent quand tu les assembles ? Penses-tu qu’ils apportent quelque chose d’eux-mêmes à l’œuvre ?

 

AD : Absolument. Je suis vraiment dans la compréhension du monde par la philosophie du processus, l’ontologie du devenir aussi – je pars d’une impulsion pour faire quelque chose et ensuite j’essaie d’exercer une force sur les matériaux pour qu’ils se conforment à l’idée, ce qui aboutit généralement à une impasse, et ne répond pas à mes attentes. Dans ces moments-là généralement, il y a une phase de destruction où je brise les choses en morceaux ou les couvre de couleurs. 

 

Dans “Zen and the Art of Motorcycle Maintenance”, il y a un grand moment où l’auteur parle de l’idée de ” gumption ” – imaginez que vous essayez d’enlever un boulon : vous essayez tellement fort que vous finissez par l’arracher, donc maintenant, non seulement vous devez enlever le boulon, mais vous devez aussi couper le panneau sur lequel il est monté, ce qui demande encore plus de travail parce que vous êtes si proche du problème que vous ne pouvez pas le voir d’une perspective plus large. À ce moment-là, on s’éloigne pendant dix minutes et on se rend compte qu’il suffit d’un coup sec pour que le boulon se détache plus facilement.

 

Mais je me rends compte que ce moment est important pour moi aussi, parce qu’après ce moment de rupture, les matériaux ne sont plus soumis à mes attentes quant à ce que je veux qu’ils soient, et à ce moment-là, je peux travailler avec eux et voir les qualités que j’ai d’abord vues en eux. La façon dont je travaille avec les matériaux est comme un système de runes, je les rassemble à partir de différentes sources – American Supply, la rue et d’autres fournisseurs – puis j’en sélectionne trois ou quatre et je détermine comment je vais travailler avec eux. Il y a beaucoup d’inconscient à l’œuvre.

 

AS : Est-ce que la composition des matériaux t’intéresse ? Au showroom, nous mettons l’accent sur les matériaux durables, les solutions éco-innovantes, et nous échangeons beaucoup au sujet de la composition des matériaux. Nous encourageons nos clients à travailler avec des matériaux plus adaptés à leur usage. Par exemple, les pièces en plastique thermo-moulé dans les avions sont la solution la plus durable pour cet usage. Elles sont légères – ce qui signifie une plus faible consommation de carburant – et résistantes, ce qui leur confère une longue durée de vie dans un environnement avec beaucoup de passage. La manière dont tu utilises avec parcimonie les matières plastiques dans tes œuvres sculpturales souligne leur caractère précieux. On peut y voir une sorte d’implication écologique.

 

AD : J’aime la transparence et les aspects psychédéliques hallucinogènes de beaucoup de vos matériaux, et je travaille avec eux comme avec le papier mâché et le bois, mais d’un point de vue écologique, même la peinture acrylique est problématique… C’est facile de critiquer le plastique, mais auparavant on utilisait de l’ivoire pour fabriquer les touches de piano, beaucoup d’innovations ont été rendues possibles grâce au plastique. 

J’apporte une touche personnelle à tout ce que je fais, rien n’est sous-traité, j’aime m’en occuper et avoir une relation personnelle avec le matériau. Beaucoup de ces matériaux proviennent d’endroits comme votre showroom – ce qui les rend plus nobles car ils sont plus coûteux que d’autres – mais pour ce qui est du DIY il y a quelque chose dans l’assemblage et le bricolage, et beaucoup d’œuvres sont aussi issues de l’upcycling. La création artistique est transformatrice et alchimique, mais j’aime l’idée de coller et d’utiliser des matériaux qui ont leur propre histoire ou leur ADN pour créer de nouveaux objets.

AS : Les matériaux que tu sélectionnes chez nous sont aussi très techniques, tu choisis des matières à effet lenticulaire, holographique, mais aussi réfléchissant avec les microbilles de verre, etc. Ce ne sont pas des matières qu’on se contente de trouver ; elles peuvent imiter des éléments naturels et jouer avec notre perception, mais elles ont des particularités. 

 

AD : C’est difficile parce que je choisis des objets chez American Supply qui sont si forts et si séduisants que je dois les intégrer dans mon langage. Beaucoup de ces objets sont des objets frénétiques très chargés, qui sont bruyants, donc j’aime l’idée que certaines choses dans l’espace soient plus grandes et plus silencieuses. En pensant au saut statique d’un objet à l’autre, cette pièce dépend de la beauté de ce Reflective Prisme jaune intense. J’ai envie de superposer des aquarelles derrière pour voir l’effet optique particulier de cette matière. 

 

J’ai également intégré le Tinted Fluo rose dans cette œuvre, avec une couche de Reflective Prisme rose par-dessus, ce qui crée presque un trou de ver, avec la distance qui les sépare.

 

AS : C’est presque comme un bassin de réflexion ! C’est très beau.

 

AD : Ou un nombril !

AS : Les clients viennent souvent nous voir à la recherche d’un effet spécifique pour leur projet et nous leur présentons les matières que nous avons en stock, les types de transformation possibles ou bien nous commandons une référence spécifique de notre catalogue, nous discutons des possibilités de mise au Pantone, etc… mais la façon dont tu travailles avec nos matières est très différente, tu es séduit par elles telles qu’elles sont, comme tu le serais par quelque chose que tu pourrais trouver dans la rue, puis tu les collectes, avant de les extraire petit à petit de ta collection, avec d’autres choses, pour des œuvres spécifiques. Elles nourrissent alors non seulement les œuvres sculpturales, mais aussi les peintures, avec leur aspect, leur couleur, leur texture, etc… que je trouve magnifiques, et c’est quelque chose dont je ne m’étais pas rendu compte avant de venir ici, dans l’atelier !

 

AD : C’est ce dont je parlais tout à l’heure, je pense qu’il est très facile d’être séduit par vos matériaux et de vouloir les montrer dans leur forme brute. C’est normal par moments, on peut faire une sculpture seulement avec du plâtre ou du bronze, mais ces matériaux sont très séduisants en eux-mêmes. Je pense qu’ils sont nobles, qu’ils ont une forte valeur, mais ils ne doivent pas être mis sur un piédestal. Ils doivent se frayer un chemin dans l’univers matériel des œuvres, et ne pas simplement prendre le dessus. Dans le passé, j’ai coulé des objets en bronze ou utilisé des argiles époxy coûteuses, mais cette juxtaposition entre dépense et valeur dans les œuvres est parfois problématique. Parfois, la valeur des choses les rend plus difficiles à travailler. Lors de la récente conférence d’Elena Filipovic sur le travail de David Hammons à la Bourse de Commerce, elle a parlé d’une restriction qu’il s’est imposé dans les années 90, à savoir de fixer son budget matériel à 6$ par sculpture ! Au même moment, ses amis travaillaient avec des papiers et des matériaux exotiques, et cette idée me séduit, à savoir qu’il n’est pas nécessaire d’investir exclusivement dans des matériaux coûteux. C’est valable en tant que pratique, mais ce n’est pas ce qui m’intéresse.

 

AS : Bien sûr, et on ne serait pas ici si nous n’étions pas séduits par les matériaux ! Les matériaux sont séduisants et ils ont une charge, un pouvoir et une agence

Œuvres sculpturales incorporant des matériaux American Supply

Photos : Anders Dickson

L’exposition d’Anders Dickson à Amsterdam débute le 23 avril, au centre d’art PAKT :

P/////AKT
Zeeburgerpad 53
1019 AB Amsterdam

Photos : American Supply et d’Anders Dickson, sauf indication contraire.

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.