Design
EN EXTÉRIEUR À L’INTÉRIEUR

Maison & Objet a pris à nouveau place au Parc des Expositions pour son édition de Janvier, avec un remarquable focus sur le travail des matières et textures naturelles. Si, en septembre, le salon s’est intéressé à la nature, cette fois-ci elle a été exploitée, concentrée et appliquée.

Le designer Michael Anastassiades qui avait lancé sa marque éponyme de luminaires en 2007 au salon Maison & Objet, fait son retour en tant que Designer de l’année. Il a présenté une sélection poétique de luminaires suspendus, évoquant les sculptures mobiles d’Alexander Calder et mues doucement par l’eau.

Alors que notre monde est confronté à l’urgence de son propre avenir, les gens descendent dans la rue et l’extérieur devient l’intérieur. Il est temps d’accueillir la nature sauvage dans votre paradis domestiqué et de célébrer la beauté du monde naturel.

Art
REFLECTIONS ON PARISIAN CULTURE

Hotel Molitor Paris has an enviable history, even when it was closed in 1989 it attracted the Parisian underground. Constructed in 1929 by Lucien Pollet, in an avant-garde Art Deco décor style, and immediately established itself as the go-to destination for Parisians to bathe, socialize and exercise. The hotel maintained its crown for 60 years before closing its doors to the public in 1989.

Credit Photo: Sunbathers at Piscine Molitor, Paris, 1929 (found on https://www.vintag.es/)

It was in this period from 1989 to 2014 that The Molitor became a social hub for the Parisian underground; artists, photographers and eventually the fashion world embraced this electric atmosphere and the forbidden became the norm. The Molitor’s subcultural position was cemented into the fabric of Paris itself.

Since re-opening in 2014 the latest incarnation of Hotel Molitor Paris continues to reflect on its artistic heritage by hosting an art installation in their outdoor swimming pool area each year. This year, the artist Amélie Lengrand has taken over, creating a giant spherical structure suspended above the water, taking inspiration from the reflections of the pool, and the architecture of the hotel itself.

She worked with our iconic Magic Mirror film and its unique dichroic refractive qualities to create her sculptural oeuvre. The film gives the work an unparalleled colourful reflection that mirrors the rich and colourful past of the hotel itself.

Molitor, above and beyond its current incarnation, has been at various moments a place of celebration, meetings, and parties. For me, it reflects the idea of a village fete, a place of freedom that celebrates the joy of being together. The work is an interpretation of this, inspired by the Mirrorball in the club combined with Hotel Molitor’s architecture
– Amélie Lengrand.

Lengrand’s installation is free to visit until 29 February 2020.

For more information on Magic Mirror film, contact us.

Credit Photo: All photos courtesy L’hôtel Molitor Paris & Amélie Lengrand unless otherwise stated

Design
OUTDOORS, INDOORS


Maison & Objet returned to Paris’ Parc Des Expositions for their January edition, with an interior focus on reworking natural textures and natural materials. If in September the salon leaned towards nature, this time nature was harnessed, focussed and applied.

The Cypriot designer Michael Anastassiades was chosen as Designer of the Year, which was fitting as his eponymous lighting brand launched in 2007 at the salon. He showed a poetic selection of pendant lights, that evoked the mobile sculptures of Alexander Calder, turning softly on hydraulics for the presentation.

As our world addresses the urgency of looking towards its own future, people take to the streets and the outdoor comes indoor. It’s time to welcome the wild into your domestic paradise and celebrate the beauty of the natural world.

Art
RÉFLEXIONS SUR LA CULTURE PARISIENNE

L’hôtel Molitor Paris a une histoire remarquable, même lorsqu’il a été fermé en 1989, il a attiré l’underground parisien. Construit en 1929 par Lucien Pollet, dans un décor Art Déco d’avant-garde, il s’est immédiatement imposé comme la destination incontournable des Parisiens pour se baigner, socialiser et faire de l’exercice. L’hôtel a eu grand succès pendant 60 ans avant de fermer ses portes au public en 1989.

Credit Photo: Sunbathers at Piscine Molitor, Paris, 1929 (found on https://www.vintag.es/)

C’est dans cette période de 1989 à 2014 que le Molitor est devenu un cercle privé de rencontres pour l’underground parisien ; les artistes, les photographes et finalement le monde de la mode ont adopté cette atmosphère électrique où l’interdit est devenu une norme. La position subculturelle du Molitor s’est consolidée dans le tissu même de Paris.

Depuis sa réouverture en 2014, la dernière incarnation de l’Hôtel Molitor Paris continue de répondre à son patrimoine artistique en accueillant chaque année une installation dans son espace piscine extérieure. Cette année, l’artiste Amélie Lengrand a créé une structure sphérique géante suspendue au-dessus de l’eau, s’inspirant des reflets de la piscine, et de l’architecture de l’hôtel.

Pour créer son œuvre sculpturale, elle a choisi de travailler avec notre film iconique, le Magic Mirror, aux qualités diffractantes et dichroïques uniques. Le film donne à l’œuvre un reflet coloré inégalé qui traduit avec poésie le passé riche du lieu et fait référence plus aux vitraux de Molitor.

“Molitor, au-delà de sa destination première est devenue à différentes époques un lieu de fête, de rencontres et d’évènements. Il reflète pour moi l’idée d’une fête populaire, d’une liberté et d’une joie d’être ensemble. L’œuvre proposée en est une interprétation, inspirée de la boule à facette alliée à l’architecture de Molitor”. – Amélie Lengrand

L’installation de Lengrand est en visite libre jusqu’au 29 février 2020.

Pour plus d’informations sur le film Magic Mirror, contactez-nous.https://americansupplyparis.com/contact-us/

Credit Photo: All photos courtesy L’hôtel Molitor Paris & Amélie Lengrand unless otherwise stated

Materials
Ennoblissement Éco-Responsable

Ce mois-ci, nous expérimentons un nouveau matériau dans notre gamme de matériaux durables : CocoRub. Le matériau lui-même est composé uniquement de fibres de coco et de latex naturel, ce qui le rend entièrement renouvelable et biodégradable. Nous l’avons transformé de plusieurs façons en utilisant des méthodes respectueuses de l’environnement : collage à chaud avec du PU recyclable le rendant imperméable, coloration avec une application de peinture écologique à base d’eau, et enfin, découpage en bandes et tissage pour une sensation tridimensionnelle.

Pour se renseigner sur CocoRubcliquez ici.

Design
Vêtements d’Architecture


Iris Van Herpen Printemps 2012 Couture en référence aux cathédrales gothiques européennes

La mode est architecture: c’est une question de proportions.” Coco Chanel

Si l’architecture est l’art d’habiller des espaces et la mode l’art d’habiller le corps, alors l’acte du corps qui se déplace dans les espaces est la rencontre primaire des deux. Un moment éphémère, où la mode envahit l’architecture et l’architecture enveloppe le corps. Il existe de nombreux créateurs de mode célèbres inspirés par l’architecture, qui ont d’ailleurs souvent étudie ce domaine avant de se concentrer sur la mode, y compris des personnalités comme Pierre Balmain, Tom Ford, Gianni Versace, et Pierre Cardin.


Dior haute Couture automne 2014 et Palace Esterhazy en Autriche

Il est cependant rare de trouver un exemple aussi sensible de rencontre entre la mode et l’architecture que la récente collaboration entre la créatrice de mode Iris Van Herpen et Neutelings Riedijk Architects de Rotterdam pour le Naturalis Biodiversity Center à Leiden, aux Pays-Bas. Neutelings Riedijk Architects a remporté l’appel d’offres ouvert en 2013 pour la rénovation du musée d’origine, y compris la construction d’une extension de 37000 mètres carrés, et a immédiatement pensé à collaborer avec la styliste Iris Van Herpen.

“Nous voulions évoquer la nature dans tous ses éléments – biodiversité, géologie, tectonique – et ne pas le faire dans l’esthétique du XIXe siècle comme on l’entend au premier degré. D’où l’importance de l’intervention d’Iris.” Michiel Riedijk, architecte principal du projet dans le New York Times, octobre 2019


Panneaux Iris Van Herpen photographiés par Dimitry Kostyukov pour le New York Times

Les formes imitent les ondulations de la soie plissée ou l’érosion par l’eau qui se produit depuis des milliers d’années, donnant l’illusion que le bâtiment est en perpétuel mouvement, tout en étant à la fois passé et futur.

“L’intention n’était pas vraiment de m’éloigner de mon processus de couture, mais plutôt de l’immobiliser et de le désincarner”, a déclaré Iris Van Herpen à Dezeen, en août 2019.


panneaux Iris Van Herpen photographiés Dezeen

Story Of The Month
Le Guide Routard de Noël

Les boutiques de luxe quand elles dévoilent leurs vitrines de Noël, nous emmènent dans un voyage fantastique et féerique, mais l’extérieur n’est pas l’unique spectacle, les marques s’appliquent à créer aussi de merveilleux univers à l’intérieur qui nous remplissent les yeux et le coeur de l’esprit de Noël. Nous avons fait un tour dans les grands magasins de Paris, pour voir les décorations de cette année.

Credit Photo: All photos courtesy the stores cited

Materials
Sustainable Transformations

This month we experiment with a new material in our sustainable material library: CocoRub.The material itself is composed solely of coconut fibres and natural latex, making it fully renewable and biodegradable. We transformed it in a number of ways using eco-friendly methods: heat bonding it with recyclable PU making it impermeable, colouring it with water-based eco-paint application, and finally, cutting it into strips and weaving it for a three dimensional feel.

For more information about CocoRub, click here.